mardi 10 juillet 2007

L'anniversaire

Souvenir du 12 Juin 2007, le jour de mes 20 ans.
J'étais seule à Mulhouse, seule et triste. Triste anniversaire, mes amis ne m'ont pas appellé et je sais qu'ils n'appelleront pas. Je me sens seule et vide.

Et puis là, soudain, l'orage éclate, titanesque, et en un instant une invraisemblable averse s'abat sur la ville.
Et je décide soudain d'aller me promener sous la pluie.

Une fois dehors, le monde entier à changé. A mes pieds s'étale un incroyable océan, les caniveaux sont devenus fontaines, la marée est montée sur les places et les avenues, la ville s'est transformé en un immense torrent, Mulhouse se noie, Mulhouse sombre comme un bateau qui coule, c'est une nouvelle Atlantide qui semble toute prête à disparaître sous les eaux.

Cachés, abrités, serrées les uns contre les autres tels des animaux frileux, les passants me regardent depuis les pas de portes des magasins, les abribus et les galeries marchandes. Les autres courent, affolés, abrités derrière des remparts dérisoires, parapluies, vestes, sacs. Ils sont patauds, fuyant cette pluie de fin du monde.
Et moi...

Moi, les bras nus, mon débardeur trempé collé à ma peau, ma jupe battant sauvagement mes jambes, dégoulinante d'eau, mes cheveux trop fins collés à mon crâne, tenant mes sandales à la main, mes pieds nus immergés jusqu'aux chevilles au beau milieu du caniveau, là où l'eau est la plus haute, j'exulte.
Emportée par le flot furieusement joyeux, par ce bouillonnement irrépressible, étourdie par le crépitement des gouttes, je danse, je saute dans les flaques, j'éclabousse, je m'ébroue comme un chiot, j'accueille la pluie paumes ouvertes, et je souris, souris, souris... sous les regards médusés de tous ces gens infortunés, ces gens qui n'aiment pas la pluie.

J'ai envie de les appeller, de leur crier après.
"Vous tous qui évitez l'orage, vous êtes morts, vous êtes secs. Ne voyez vous pas à quel point je suis vivante ? Je suis comme cette eau qui bouillonne, qui tournoie, qui envahit tout, qui fait déborder les caniveaux, qui rebondit malicieusement sur vos tristes parapluies.
Je suis vivante, furieusement vivante !"

Je voudrais enlever ces habits qui me retiennent, me rouler par terre, devenir une sirène, un poisson. Et que la rue devienne une rivière où je puisse plonger, nager, faire des bonds tel un dauphin.

La pluie s'arrête. bien trop vite à mon goût. La ville reprend sa vie de ville.
J'ai la sensation d'avoir été lavée, purifiée, récurée...

La pluie s'arrête.
Je suis neuve.
J'ai vingt ans.

Posté par kebentib à 00:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur L'anniversaire

  • Bah moi j'étais tout seul aussi le jour de mes 20ans ! Pis le jour de mes 19ans aussi ! Des froids jours de décembre..! Pis...Je me suis demandé combien de gens vivaient la même chose que moi au même moment...Et...Probablement beaucoup sans doute ! Je suis allé me recoucher, et je me suis dis que le temps avait passé vite quand même !

    Posté par Z'arno, mardi 10 juillet 2007 à 20:56 | | Répondre
  • roooo
    javoue je suis coupable...je savais plus c'était le combien ton anniversaire
    mais je me ratttrappe comme je peux...
    +++

    Posté par chachou, vendredi 20 juillet 2007 à 16:27 | | Répondre
Nouveau commentaire